Comment fonctionne une serrure anti-panique ?

A la mesure où il existe plusieurs types de serrures pour verrouiller/déverrouiller tout type de porte, il existe un modèle destiné au cas d’urgence. Il s’agit de la serrure anti-panique qui dispose d’un mode de fonctionnement à l’opposé de celui des serrures biométriques, à clé ou à code. 

Indispensable pour gérer les moments de panique, cette serrure se caractérise par la facilité de son utilisation. Toutefois, son installation requiert le respect d’un tas de normes de sécurité. Zoom sur le mode de fonctionnement de la serrure anti-panique dans l’article suivant. 

Qu’est-ce qu’une serrure anti-panique ?

On la voit partout dans tout endroit accueillant du public, pourtant on ne comprend pas souvent l’utilité, la serrure anti-panique est un dispositif composé d’un système de verrouillage assurant une ouverture facile des portes qu’on trouve souvent sur les issues de sécurité. 

La serrure se manifeste, généralement, sous la forme d’une barre horizontale qui fait toute la largeur de la porte. Installée le plus souvent dans les endroits bondés de personnes, où des mouvements de foule peuvent avoir lieu à n’importe quel moment, la serrure anti-panique s’actionne facilement pour permettre à la porte de se déverrouiller rapidement et évacuer les gens. 

Parmi les principales caractéristiques de cette serrure, c’est qu’elle doit impérativement s’ouvrir dans le sens de l’évacuation et avoir un système de déverrouillage facile même lorsque la serrure est verrouillée de l’extérieur. 

Lire aussi : Qu’est-ce qu’une serrure 5 points ?

Le mode de fonctionnement de la serrure anti-panique ?

Conçue pour littéralement sauver des vies en cas d’urgence, la serrure anti-panique s’actionne très facilement. Il suffit, en effet, d’appuyer sur la barre horizontale se trouvant sur la porte et de pousser vers le sens de l’ouverture pour que le déverrouillage s’enclenche et la porte s’ouvre. 

En détails, lorsqu’on appuie sur la barre horizontale, la fermeture s’actionne provoquant le désengagement des verrous (accrochés souvent au cadre ou au plancher) pour permettre à la porte de s’ouvrir. D’ailleurs, ladite barre horizontale doit être actionnable de n’importe quel côté. 

La serrure anti-panique est un dispositif qui renforce la sécurité des lieux à forte influence du public. Son fonctionnement doit être simple et rapide, ce qui écarte les possibilités de la déverrouiller à clé, à code ou à empreinte digitale. 

Pourquoi installer une serrure anti-panique ? 

Pour comprendre l’utilité de ce système de verrouillage, il faut s’intéresser aux lieux de son installation. 

Où utiliser une serrure anti-panique ?

Comme mentionné précédemment, cette serrure a de la cote en particulier dans les établissements accueillant du public à forte densité. On en trouve alors dans les hôpitaux, les bâtiments administratifs, les centres commerciaux, les sièges sociaux des grandes entreprises, les salles couvertes, les salles d’exposition, les stades, les gares et stations de métro, etc.

La serrure anti-panique est posée, dans la plupart des cas, sur les issues de secours et les portails d’évacuation de ces lieux. 

En quoi elle est utile ?

Dans un lieu à fort afflux de public, il est possible qu’un simple événement provoque un mouvement de foule et de panique difficile à gérer. Ceci est plus vrai aussi dans les enceintes accueillant du public ou lorsqu’un incendie s’empare des lieux. 

La serrure anti-panique permet alors d’évacuer un grand flux de personnes en si peu de temps à travers les issues de secours. Cela est possible à raison du mode de fonctionnement très simple de cette serrure, puisqu’il n’y a ni poignées, ni bouton ou clé à actionner pour ouvrir la porte.

Ainsi, les propriétaires des locaux accueillant du public sont tenus d’installer ce dispositif pour permettre : 

  • L’évacuation rapide de personnes pour des motifs de sécurité.
  • La gestion rapide et confortable des mouvements de sortie d’une foule, notamment dans un stade de football ou une salle de concert.

Comment installer une serrure anti-panique ?

Si le fonctionnement de la serrure anti-panique s’avère si simple, son installation demeure cependant un peu plus compliquée. Ceci revient au cahier des charges qui accompagne ce dispositif et aux différents types de pose possibles.

Pour que ça soit fait dans les règles de l’art, le mécanisme de la serrure anti-panique doit être installé à l’intérieur de la porte. Les gâches s’incrustent dans le sol ou dans le cadre de la porte pour y accrocher les loquets qui ferment la porte. On peut choisir, ensuite, entre un mécanisme d’ouverture automatique, motorisé ou mécanique. 

Il existe deux façons pour poser la serrure anti-panique : 

  • La pose par chevauchement : le système de verrouillage est apparent.
  • La pose par mortaise : le système de verrouillage est incorporé dans la porte. Il est donc invisible.   

Le cahier des charges 

Il existe, en effet, plusieurs normes de sécurité à respecter pour pouvoir poser correctement ce système de verrouillage. En vertu de la norme EN 1125, le propriétaire de tout local accueillant du public doit respecter la réglementation suivante pour trois catégories.

Catégorie 1 : la serrure  

  • La serrure doit résister aux manipulations violentes et s’ouvrir, en conséquence, à l’issue d’une légère poussée.
  • Elle ne doit pas présenter d’éléments coupants qui pourraient causer des blessures lors d’une évacuation.
  • Elle doit supporter des variations de températures de -10 à 60 °C. 
  • Elle doit se déverrouiller immédiatement, si une coupure d’électricité a lieu. 

Catégorie 2 : la barre horizontale 

  • Elle doit être installée à hauteur des mains. 
  • Elle ne doit pas dépasser la porte de plus de 10 cm et doit peser au maximum 8 kg pour faciliter les évacuations. 
  • Ladite barre doit être maniable même par des personnes fragiles, en situation de handicap, des personnes âgées ou des enfants. 

Catégorie 3 : La porte 

  • La porte doit être étanche au gaz et aux flammes.
  • Elle doit être résistante au feu via un système de résistance mécanique.
  • Elle doit posséder une isolation thermique. 
  • Elle doit faire l’objet d’un test de conformité dans un laboratoire habilité qui délivre un procès-verbal attestant de sa résistance.

Laisser un commentaire